DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Enquête Sur André Gide

Dissertations Gratuits : Enquête Sur André Gide. Rechercher de 46 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 42

rsel, pour ne pas dire la catholicité, de Gide, à l'heure actuelle ?4° S'il est constant que l'honnête homme, jusqu'à la Révolution, fut de formation romaine, l'enseignement de Gide est-il de nature à former l'honnête homme des temps nouveaux ? Notre questionnaire indique assez nettement les sujets qui nous préoccupent, pour que nous nous [36] dispensions de le commenter. On connaît nos positions. Mais comme il s'agit, ici, d'un documentaire, nous nous défendrons d'interpréter les textes et nous adopterons cette impartialité, ce « détachement » dont M. André Gide nous a si souvent prêché la vertu.Au reste l'enquête porte moins sur la personne qu'est M. André Gide que sur l'influence exercée par lui en Europe.Nous n'avons obtenu que peu de réponses en comparaison du grand nombre d'écrivains que notre questionnaire a certainement touchés. Telles quelles, ces réponses reflètent assez bien l'opinion européenne.Il convient toutefois de formuler quelques remarques. Le mot de « catholicité » a suscité le rire de M. François Porché : « Les thuriféraires, écrit-il à notre sujet, ont l'art de brouiller toutes les notions autour de leurs idoles ». Remercions au passage M. Porché de ce brevet de conformisme gidien. Mais qu'il sache que c'est sur d'autres autels que nous brûlons notre encens. De même quelques écrivains italiens, on le verra, se sont abstenus de nous répondre, par crainte de peiner les disciples de M. André Gide qu'ils croyaient voir en nous.Mais on nous assure d'autre part qu'en France une consigne a été donnée aux amis de l'écrivain de ne pas répondre à une enquête qui pouvait porter atteinte au crédit de l'auteur de Corydon et des Faux Monnayeurs. [37]Nous voici pleinement à l'aise entre ces deux opinions contradictoires.Les Français d'ailleurs se sont déjà prononcés fort copieusement sur M. André Gide. Et nul n'ignore qu'un écrivain, quand il a parlé sur un sujet, ne manque pas de considérer le problème comme résolu.Aussi donnerons-nous d'abord les réponses des écrivains étrangers : allemands, tchèques, italiens, roumains, anglais. Nos enquêteurs pour l'étranger, nos amis Eugène Bestaux et Lionello Fiumi ont cru devoir accompagner leur texte d'un commentaire approprié. Signalons, sans vouloir empiéter sur leurs domaines, avec quel sang-froid et quelle maîtrise les écrivains latins ont répondu à nos questions et du même coup avec quelle sympathie profonde ont déposé en faveur de M. Gide la plupart des écrivains allemands.Nous ne tirons aucune conclusion du présent travail. Ainsi pourrons-nous revendiquer la gloire assez grêle d'avoir présenté au public la première enquête impartiale sur M. André Gide.Jacques-Victor DE LAPRADE, Jacques REYNAUD. [38]

M. ANDRÉ GIDEET LES ÉCRIVAINS DE LANGUE ALLEMANDE On peut diviser en trois groupes les réponses allemandes qui nous sont parvenues :a) celles des écrivains qui déclarent ne pas connaître l'œuvre de Gide suffisamment pour la juger; b) celles des écrivains favorables à Gide ; c) celles enfin de ceux qui considèrent son oeuvre comme malsaine et dangereuse.Une remarque générale s'impose d'ailleurs à propos de tout ce qui nous a été écrit. On semble s'être préoccupé assez peu de la question qui faisait l'objet principal de cette enquête et des affirmations de Curtius et de Süskind. On semble surtout n'avoir pas compris le sens du mot catholicité. La plupart de ceux qui y font allusion le confondent tantôt avec catholicisme, tantôt avec chrétienté. Bon nombre de nos correspondants, surtout les plus jeunes, surtout ceux dont l'œuvre a été jusqu'ici consacrée aux troubles de la vie sexuelle, ont saisi l'occasion que leur fournissait notre enquête, pour rendre un hommage sentimental — parfois même passionné — à celui qu'ils proclament leur maître et leur modèle. Ils ont affirmé leur foi ; ils ne nous en ont pas donné leurs raisons, que nous aurions été si désireux de connaître. Ier GROUPE. — Ceux qui ne connaissent pas l'œuvre de Gide. MM. Emil Ludwig, Tucholsky, Döblin, Harich, Georg Hermann, tout en se déclarant incapables de répondre aux questions posées, nous ont adressé des lettres qui ne manquent pas d'intérêt et dont les lecteurs de Latinité goûteront certainement la saveur.M. EMIL LUDWIGM. Emil Ludwig, le célèbre auteur des biographies de Napoléon Ier, de Gœthe, de Lincoln et de Jésus, dont [39] nous avons analysé l'œuvre dans cette revue, à l'occasion de son passage à Paris, au mois d'avril dernier, nous adresse la réponse suivante (en français) : En admirant Gide, je regrette infiniment de ne pouvoir pas écrir (sic) sur vos demandes, parsque (sic) je ne le connais pas assez bien.Avec mes plus haute considération.LUDWIG. M. KURT TUCHOLSKY M. Kurt Tucholsky, aussi connu des lecteurs allemands sous ses pseudonymes assez significatifs de Peter Panter (la panthère), Théobald Tiger (le tigre) et Ignaz Wrobel, est, sans contredit, l'un des écrivains les plus spirituels, les plus mordants et les plus sincères de l'Allemagne actuelle. La réponse qu'il nous a fait parvenir témoigne nettement de cette sincérité et de cette attitude d'esprit volontiers sarcastique et hautaine qui est la sienne et qui donne d'autant plus de prix à tout ce qu'il écrit : Je vous remercie d'avoir bien voulu m'adresser votre enquête concernant Gide. Je ne considère pas comme une chose honnête qu'un littérateur ait toujours prêt sous la main un éditorial bien au point sur tous les sujets et distille de la littérature, même quand en vérité il n'a rien à dire. Permettez-moi donc de vous déclarer :Je n'ai jamais lu jusqu'au bout un livre d'André Gide. Il n'a joué aucun rôle dans ma vie. Je ne saurais dire quoi que ce soit sur lui.Cela n'implique aucune espèce de critique. Je ne comprends rien non plus à la chimie, rien aux habitants de la Terre de Feu et rien à Strawinsky. Mais vivre signifie : choisir. Dans le Larousse il y a tout. Pas en moi. [40]Je sais en tout cas une chose, c'est que l'honnêteté intellectuelle de Gide est absolument hors de doute.TUCHOLSKY. LE Dr DÖBLIN Le Dr Döblin est l'auteur d'un livre qui a fait beaucoup de bruit : Berlin, Alexanderplatz. Il y dépeint, avec une verve un peu lourde, mais avec une bonne foi, une sympathie, une honnêteté qu'on ne peut qu'admirer, le monde interlope qui grouille dans ce quartier mal fréquenté où il exerce les fonctions de médecin. Un souffle épique traverse les pages de ce livre, le premier peut-être qui fasse voir Berlin dans sa vie profonde, animale et dangereuse.Je me demande pourquoi le Dr Döblin qui pouvait, si notre enquête lui déplaisait, s'abstenir d'y répondre, a éprouvé le besoin de nous dire des choses désagréables. Je ne veux pas, loin de là, lui rendre la pareille. Je tiens pourtant à l'assurer que je connaissais Weissenberg avant qu'il ne m'en parlât. Je me demande d'ailleurs ce que peut signifier cette comparaison. Weissenberg est un charlatan qui a réussi à exploiter la crédulité pour ne pas dire la sottise de cent mille pauvres gens. Gide est un écrivain, dont les idées sont discutables, mais qui s'adresse à une élite. Si les Français se mettaient à la remorque du premier, il serait tout à fait naturel que les Allemands leur demandassent pourquoi.Des Allemands de grande valeur assignent à Gide un rôle qui nous surprend, il est tout à fait logique que nous leur en demandions la raison.Cela dit, voici le texte du Dr Döblin : 1. La personne de Gide n'existe pas pour moi. Je ne connais de lui qu'un petit article autobiographique qui m'a laissé froid.2. Si Gide a eu de l'influence sur d'autres, je l'ignore. Certes, les revues citent souvent son nom ; on y trouve beaucoup [41] d'articles sur lui ; mais cela signifie seulement que les gens doivent écrire sur ce qui aujourd'hui peut-être est à la mode. Demain, ils écriront sur autre chose et il y aura des enquêtes sur d'autres sujets.3 et 4. — Je regrette de devoir dire que ces deux questions me semblent comiques. Puis-je vous demander à mon tour : En quoi consiste, à votre avis, le « caractère d'universalité pour ne pas dire la catholicité » de Joseph Weissenberger (sic)? Ah ! vous ne connaissez pas Joseph Weissenberger ? (re-sic). Voyez-vous ! Il est le chef d'une grande secte allemande, il a 100.000 partisans, une revue à lui : la Montagne Blanche — et vous... vous ne le connaissez pas ! Et quand vous me demandez, ainsi qu'à beaucoup d'autres, si Gide (qui m'est inconnu ainsi qu'à des millions d'autres) forme ou peut-être formera « l'honnête homme des temps nouveaux », je n'en ris pour ainsi dire pas. Nous autres, en Allemagne, n'avons pas été jusqu'ici de « formation romaine », nous ne serons certainement pas à l'avenir de « formation gidienne ». Car, d'abord, nos soucis ne sont pas uniquement d'ordre intellectuel et spirituel ; de plus, j'ai lu justement dans cet essai autobiographique dont j'ai parlé que Gide était homosexuel. Mais, puisque, d'après Nietzsche, la sexualité monte jusqu'à la couronne de l'intellectuel, je considère comme exclus que la masse des européens, l'honnête homme, — qui n'est tout de même pas encore homosexuel, — puisse accepter la mentalité générale de Gide.Avec tout cela, je ne nie pas l'importance réelle qu'il peut

...

Télécharger au format  txt (63.3 Kb)   pdf (424.9 Kb)   docx (29.8 Kb)  
Voir 41 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com