DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Fernand de Cordoue

Cours : Fernand de Cordoue. Rechercher de 45 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  11 Décembre 2018  •  Cours  •  13 118 Mots (53 Pages)  •  53 Vues

Page 1 sur 53

Exposé p.4 : Fernand de Cordoue 1445

Extrait d’un parisien anonyme c’est donc un écrit personnel non destiné à la publication.

Dans quel mesure son arrivée est une menace pour l’université ? Méfiance et diffamation car il est trop intelligent par rapport à l’université.

  1. Un homme parfait aux qualités exceptionnelles
  1. description physique et morale

24 ans, né en 1421 comme le montre son épitaphe à Rome. Il y a une exagération permanente à travers le texte qui permet de mettre le personnage en avant.

Il sait pratiquer les 7 arts libéraux : Grammaire, Dialectique, Rhétorique, Arithmétique, Géométrie, Astronomie, Musique. Il sont nécessaires à tous les clercs mais Fernand aussi dans le arts supérieurs (médecine, droit…)

C’est un chevalier autant qu’un intellectuel, en plus d’être très jeunes. Il parle aussi beaucoup de langues anciennes et modernes (latin = bible, grec = philosophie, hébreu = ancien testament).

Il sait “chanter et déchanter” → déchanter = à l'époque le chant liturgique : chant et déchanter s'appliquent à 2 phases du chant liturgiques qu’on emploi quand un clerc à une parfaite maîtrise du chant liturgique)

→ il est en tout point extraordinaire

  1. la démonstration de son excellence

l.14-15 : collège de Navarre, dans ce débat il suscite l’admiration ainsi que la frayeur chez les universitaires.

Il apporte des qualités indispensable à l’université d’où le complexe d’infériorité des anciens.

l.14-5 mention de  phénomène inconnue même les plus agés → exagération

Sa connaissance est remarquée lors de débats l.9-10 → il répond à toutes les questions ce qui d’une part fascine et d’autre part fait peur.

Ses qualités sont indéniable pour les clercs mais nourrit aussi un complexe d'infériorité par rapport à lui.

  1. L’individu face à l’institution
  1. le rôle de l’université de Paris

Une des plus prestigieuse qui fut créé en 1120 et reconnue par Pape Philippe Auguste.

Elle a un rôle religieux, international, elle fut impliqué dans la guerre de 100 ans.

Elle formait les clercs → 50% clergé et 50% administration

Mais le savoir de Fernand vient de l’étranger, prédit-il une hégémonie espagnole à venir ? Ce seul homme est supérieur à l’université toute entière.

Fernand est donc une menace double : il représente les savoirs de toute une institution et est une menace politique car il est étranger et surpasse toutes l'administration française (annonce hégémonie espagnole)

  1. le savoir d’un homme face à l’institution

Sa connaissance couvre toutes les spécificités de l’université, mais il est déjà maître en tout et a tous les diplômes délivrés par l’université. De plus la théologie prend 15 ans, le droit prend de 8 à 12 ans et la médecine 6 ans à passer (que 24 ans).

Sa présence remet en cause l’efficacité de l’université, les sceptiques vont le comparer à l’antéchrist.

  1. La méfiance de l’université
  1. la négation du personnage

La seconde partie du texte reprend la réaction des clercs.

Il est assimilé à l'antéchrist, l.19, on nie sa naissance même alors que son affiliation est noble.

Ce lien n’est pas explicité dans le texte, c’est une créature mythique, il y a des références aux saintes écritures mais l’antéchrist n’est pas facile à reconnaître.

Charismatique et hérétique, la connaissance de Fernand de Cordoue est liée au diable même s’il la pense pure l.25.

  1. la menace de l’antéchrist

Son influence sur les jeunes gens est crainte, ainsi que l’hégémonie du peuple juif.

L’antéchrist ira voir ‘les grands’, ce que Fernand a déjà commencé à faire, il lui reste 4ans (l’antéchrist aura 28 ans)

Mais il n’a pas la bonne origine, les universitaires cherchent à le discréditer/diffamer/calomnier.

On lui attribue de futur disciple diffusant son savoir diabolique, on parle de victime

L’université se rassure car quand l’antéchrist a fini alors tout le monde est chrétien.

Conclusion

Valeur historique du texte : une part d’exagération (l.7, 15)

Bourgeois de Paris était un clerc qui a aussi fait ses études à l’université et était resté en contact (témoin direct) mais ne connaissait pas Fernand.

C’est quand même un point de vue très distancé, il n’est pas l’antéchrist et l’auteur doute bien de cette analogie (l.38)

L’auteur n’est pas crédul face au prodige : soit c’est mirabilia (miracle) = choses incroyables qui témoignent de la puissance divine; ou une manigance diabolique contraire au bien divin. Il ne conclut sur aucune des deux possibilités.

L'université se méfie car ce savoir extraordinaire est une menace (la supériorité d'un individu sur toute institution)

COURS :

Le texte est édité au milieu 19e siècle et réédité par Colette Beaune → riche sur histoire de Paris

Ici le contexte du texte est : Paris, au milieu du 15e siècle, à la fin de la guerre de 100 ans, donc le royaume a subi des épreuves (occupation anglaise à Paris et bassin parisien et guerre civiles → prend fin en 1436)

Résumé du texte : un génie arrive à l'Université de Paris et pose des interrogations

Annonce du plan :

I) Description du personnage

a) Un surdoué, qu'est-ce qu'un surdoué

b) Eloge de ses capacités

II) Fernand de Cordoue est-il l'Antéchrist ?

On remarque que : le simple fait qu'il soit espagnol est perçu comme une menace.

L’université de Paris organisée en nation : regroupé et séparé mais différente de celles d'aujourd’hui.

Cordoue : sud Espagne qui a était reconquis de fraîche date, donc Fernand à peine espagnol

L’Eglise est une institution internationale : structurée à l’échelle de l'ensemble de la chrétienté, donc peu importe d'où on vient on est traité de la même façon dans l'université car tout le monde parle latin.

La charge accompagné d'un revenu : cure paroissiale, un siège épiscopale on peut l'obtenir dans n'importe quel région de l'Europe sans qu'il est un rapport avec la région d'origine.

Fernand vient de Cordoue, du sud ibérique ou la présence musulmanes très longues donc point de vue intellectuel et culturel n'est pas le même que l'Europe occidental. Il est porteur de savoir arabe et judéo arabes sur Espagne ⇒ on considère qu'il a tout le savoir mais juste le savoir différent (donc on le juge plus surdoué qu'il est).

Exemples :

  • l'auteur affirme l.1-2 Fernand, homme 20 ans est maître de tous les arts libéraux
  • on explique les arts libéraux (cursus dans faculté des arts → 1er stade cursus universitaire) + précocité (20 ans = première année cursus)
  • importance historique : à propos 20 ans (précision et l'imprécision que les gens connaissent leur âge car pas de carte d'identité, l’âge est peu important on ne fête pas les anniversaires)
  • art libéraux sont une structure mentale très fortes, les traditions de l’antiquité romaine se perpétuent → certaines matières sont + importante que d'autres ⇒ Quadrium → savoir peu utile dans la société ou que dans domaine particulier des clercs + la musique maîtrise chant liturgique

→ Fernand sait toute la théologie, le droit et la médecine, c’est le cursus des trois domaines supérieurs → on se spécialise en vue du domaine professionnel.

L’ université rôle politique très fort et dicte conduite roi dans plusieurs domaines → elle se sent investie d'une fonction dans la société (spécialement de Paris)        

l.4 enluminer → décoré par le dessin et la peinture les textes de manuscrit

l.15 : chevalier en armes → justifie appartenance à l'élite militaire pour chevalier

→ chevalier gradué en droit est réputé pour jouer le même rôle dans société mais par le droit, un chevalier en armes : parle pas de la dimension juridique mais est apte à se battre

l.10 : disputer = renvoie à la disputatio, un exercice du cursus universitaire pour argumenter, polémiquer en public

l.10 le collège = institution où son loger les étudiants (pas forcément jeunes)

l.21 l’Écriture = la Bible

CONCLUSION :

- épilogue de ce qui advient de Fernand de Cordoue : quitte l'université au bout de deux semaines.

- regard critique sur valeur historique du texte :

L’information que le texte donne n’est pas très vraisemblable et très exagérée

L'auteur est un clerc qui a fait ses étude à l'Université de Paris → très bien renseigné et très bon informateur de ce qui se passe à Paris, c’est un témoin direct.

...

Télécharger au format  txt (79.6 Kb)   pdf (360.1 Kb)   docx (997.6 Kb)  
Voir 52 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com