DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Ressources Humaines

Dissertation : Ressources Humaines. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 39

cs de santé. Ces recommandations ont pour objectif de :

•donner du sens, notamment en partageant les enjeux, en associant les personnels, en positionnant les cadres (recommandations 3 et 4) et en clarifiant les rôles sur une base coopérative. La recommandation 8 préconise ainsi de « donner au directeur des soins les leviers d’action nécessaires pour animer et coordonner les cadres supérieurs et les cadres de santé, pour développer la politique de qualité et de sécurité des soins, et promouvoir le programme d’actions relatif au projet de soins et aux innovations dans le domaine paramédical, en lien avec le président de la commission médicale d’établissement (CME), les chefs de pôle et le directeur des ressources humaines ». Combiner les temps et manager les managers sont aussi parmi les recommandations préconisées afin de donner du sens ;

•faire le pari de l’autonomie en coopérant à tous les échelons, en substituant la régulation stratégique à la gestion de flux, en s’engageant dans le bon usage des contrats, en intensifiant la vie des instances et la relation avec les partenaires sociaux et en répondant au besoin d’autorités de l’État éclairées et compétentes ;

•outiller et appuyer la fonction ressources humaines en dotant le secteur hospitalier d’une “vision RH”, en consolidant la fonction et la filière RH, en confortant les gestionnaires et en favorisant la diffusion d’outils adaptés.

L’objectif est de « passer d’une fonction de ressources humaines fondée sur la gestion administrative […] à une approche plus stratégique de valorisation et de reconnaissance du capital humain incontestable, qui crée la valeur indiscutable de l’hôpital ».

Pour la mission, ces 34 recommandations « se veulent autant de voies de progrès » pouvant « concourir à faciliter les indispensables transitions entre ces deux époques, en admettant la complexité des opérations à conduire puisque la GRH ne peut évidemment pas être détachée des autres dimensions (institutionnelles, organisationnelles, techniques voire politiques) qui traversent la vie des établissements avec un fort degré d’exposition. Chacune de ces recommandations constitue une orientation stratégique pour la fonction ressources humaines qui doit être déclinée, aux niveaux national puis régional et local, en objectifs prioritaires et en actions mesurables sur la base d’indicateurs clairs, conformément à un calendrier préalablement défini […] ».

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Soins Cadres Vol 20, N° 77 - février 2011, pp. 5-8

Entretien avec Nora Berra, secrétaire d’État chargée de la Santé

« Un cadre de santé, c’est avant tout un cadre issu d’une filière de soins »

Propos recueillis par Yasmina Ouharzoune [1] Rédactrice en chef

Trois mois après sa nomination en tant que secrétaire d’État chargée de la Santé, Nora Berra, dans un entretien à Soins Cadres, évoque les grands enjeux à venir des cadres de santé. Nouvelles configurations de l’offre de soins, coopérations entre médecins et paramédicaux, pratiques avancées, réforme de la formation des cadres hospitaliers et reconnaissance dans le cursus licence, master, doctorat (LMD), avenir des instituts de formation des cadres de santé (IFCS), validation des acquis de l’expérience (VAE) pour les cadres et autres professionnels de santé, parcours professionnalisants…, les sujets ne manquent pas.

Soins cadres – Madame la Ministre, dans la perspective de nouvelles configurations de l’offre de soins, avec notamment la création des agences régionales de santé (ARS), le développement de la médecine de proximité, la télémédecine et l’hospitalisation à domicile, quels seront la place et le rôle des infirmiers dans ces dispositifs ?

Nora Berra – Les infirmiers ont un rôle vraiment majeur et je suis certaine que ce rôle va se renforcer.

La loi HPST le permet, en offrant aux infirmiers libéraux la possibilité de discuter avec les ARS (à travers les Unions régionales des professionnels de santé) autour de l’offre de soins sur le territoire.

Les infirmières diversifient leurs compétences, et c’est une chance pour tous. Les infirmières peuvent désormais lancer des programmes d’éducation thérapeutique par exemple. Mais déjà depuis longtemps, elles ont montré leurs grandes compétences, notamment dans la coordination des soins ville-hôpital, ou encore l’organisation des soins à domicile.

Les infirmières ont cette envie de se diversifier, de faire évoluer leurs pratiques et leurs modes d’intervention. Elles démarrent dans un cadre soignant standard puis il est tout à fait légitime qu’au bout de quelques années elles aient envie de s’investir dans d’autres modes d’intervention tout en restant au service des malades.

La permanence des soins, c’est organiser les compétences autour du patient en fonction de ses besoins, quels que soient le moment ou le lieu où il se trouve.

Et la loi HPST renforce cette logique, notamment en décloisonnant les champs sanitaire et médico-social. Une personne à l’hôpital aura à sa disposition une équipe soignante classique, la personne âgée en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) aura du personnel issu de la filière gériatrique. L’hospitalisation à domicile (HAD), les services de soins infirmiers à domicile (Ssiad)… sont autant de structures de professionnels qui sont au service des malades que ce soit au domicile ou en établissement de santé. Tout l’intérêt est de créer des passerelles entre ces différents champs d’activités pour le plus grand bénéfice des patients et des professionnels de santé.

Soins cadres – Le rapport de la mission de Laurent Hénart, Yvon Berland et Danielle Cadet sur les métiers intermédiaires entre les médecins et les paramédicaux est très attendu par les professionnels de santé notamment autour de la question des coopérations et des pratiques avancées. Qu’en est-il aujourd’hui et que pouvez-vous en dire ?

NB – Ce rapport est attendu car il va nous aider à aborder, de façon structurée, le développement des surqualifications paramédicales, dans un contexte marqué par de très fortes contraintes, comme vous le savez.

Vous évoquiez tout à l’heure la télémédecine, les nouvelles technologies, l’évolution des prises en charge, nous sommes aujourd’hui à un tournant. Le souci de la permanence des soins nous conduit à aborder la question de la médecine de proximité avec une vision moderne adaptée aux nouvelles aspirations des professionnels dans leur exercice et aux nouveaux besoins des patients. Le regroupement de professionnels avec une approche pluridisciplinaire intégrée, médicale et paramédicale est une des réponses. Libérer du temps au médecin pour que celui-ci en consacre davantage à l’activité clinique nécessitera de véritables délégations de compétences vers des professionnels hautement qualifiés ayant suivi une formation spécifique. C’est une dynamique vertueuse valorisant davantage l’expertise et les compétences.

Le développement de la télémédecine permettra de voir émerger de nouveaux métiers, notamment pour la gestion des plateformes technologiques. Ce seront probablement des professionnels qui auront un cursus de soignant mais avec des qualifications supplémentaires ouvrant la voie à une diversification plus large des carrières. Nous sommes encore à un stade précoce de ces nouveaux métiers.

Le rapport de cette mission posera un diagnostic et fera des propositions pour organiser les filières professionnelles en lien avec les compétences attendues afin de s’adapter aux besoins de demain. À nous de donner de la visibilité à ces nouveaux parcours.

C’est un projet ambitieux mené conjointement avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il faut donc le temps de la réflexion, de la concertation, de l’élaboration, puis viendra celui de la mise en œuvre.

La mission doit rendre son rapport le 2 février prochain.

Soins cadres – Dans la continuité de la mission De Singly, la mission sur la formation des cadres hospitaliers pilotée par Michel Yahiel et Céline Mounier a rendu ses conclusions avec un certain nombre de recommandations3. Quel a été l’esprit de cette mission ?

NB – Nous avons des professionnels qui sont engagés au quotidien dans des métiers très complexes, très difficiles et qui sont restés longtemps invisibles. L’esprit qui est le nôtre s’inscrit dans la reconnaissance de ces professionnels, de ces hommes et ces femmes qui coordonnent, non seulement des unités, mais aussi des professionnels au service des patients. En effet, l’hôpital, ce ne sont pas seulement des soignants au contact direct et permanent des usagers, c’est toute une communauté de travail qui s’ajuste en permanence, se concerte, se passe le relais, se dépasse même, bien souvent au service des personnes qui sont affaiblies. C’est vraiment essentiel.

Les cadres, et notamment les cadres de santé, conjuguent un engagement humain vis-à-vis des malades mais aussi un travail d’équipe

...

Télécharger au format  txt (64 Kb)   pdf (426.2 Kb)   docx (33.2 Kb)  
Voir 38 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com