DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Acte Iii, Sc. 3 : Le Séducteur

Note de Recherches : Acte Iii, Sc. 3 : Le Séducteur. Rechercher de 48 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 5

l’exclamation initiale donne le ton. La religion lui offre à nouveau un masque commode, puisque l’homme a été créé par Dieu avec une âme et un corps : » pour être dévot, je n’en suis pas moins homme », « après tout, je ne suis pas un ange ». Cet amour devient donc une épreuve envoyée par Dieu (« les tribulations » avec diérèse), et Tartuffe se présente comme un héros tragique, déchiré par une lutte intérieure entre sa passion (« de mon intérieur vous fûtes souveraine », « un cœur se laisse prendre ») et sa dévotion : il décrit longuement sa lutte avec « la résistance où s’obstinait [s]on cœur », et l’énumération sans articles, « jeûne, prières, larmes ». Tartuffe avoue volontiers sa défaite, avec un vocabulaire militaire, rejetant la faute sur le charme d’Elmire : « força la résistance ». Cet aveu se fait insistant : il n’est que son « esclave indigne », il n’est que « néant ». Cet aveu d’une faiblesse toute humaine fournit ainsi une excuse commode à sa faute.

=== Tartuffe est un « imposteur » dans un sens scandaleux ici, puisqu’il met le langage et le dogme de la religion au service de son désir purement sensuel.

LA VÉRITE DÉVOILÉE

Le désir de Tartuffe est si fort qu’il lui ôte une partie de sa prudence. Sa sensualité se révèle par l’importance accordée au regard (« voir », « dès que j’en vis ») et la référence à l’image biblique de la femme (Ève), coupable, séductrice et tentatrice, à laquelle l’homme ne peut résister : reprise de « charmants attraits » par « charme ». Masquée par le lexique religieux, l’expression du désir reste cependant très nette dans l’appel lancé à Elmire. Elle doit le « contempler d’une âme un peu bénigne« , c’est-à-dire se montrer « bonne » et généreuse pour effacer les souffrances qu’elle lui fait endurer. Il serait donc logique qu’Elmire, fautive en quelque sorte, répare cette faute en cédant aux avances de Tartuffe : « que vos bontés veuillent me consoler ».

=== Ainsi l’appel à l’amour devient un appel à une charité toute chrétienne.

Mais, à la fin de la scène, Tartuffe se fait tentateur. On observe l’opposition entre la réalité du discours (« amour », « plaisir ») et le souci de préserver l’apparence : « renommée », « discret », « secret », « sans scandales », soulignée par la symétrie du vers 1000. À la fin de sa tirade, la malhonnêteté de Tartuffe apparaît directement par sa promesse de discrétion, ( rôle des négations, v. 987-988) alors même qu’il s’agit de faire commettre le péché d’adultère.

La tentation se met en place par une opposition signalée par le connecteur « Mais » (v. 995). D’un côté il place les « libertins », les « galants de cour ». Son mépris envers eux est parallèle à son mépris envers les femmes, « folles » de les aimer. On note le champ lexical du langage, ici péjoratif : « »bruyants », « paroles », « se targuer » (se vanter tout haut), « divulguer », « langue indiscrète ». Mais derrière sa critique, qui prétend revaloriser la femme aimée (« déshonore l’autel où leur cœur sacrifie », v. 989), il s’agit bien de poser la tentation, en faisant l’éloge de l’autre catégorie de séducteur, désignée par le pronom « nous » dans lequel Tartuffe s’englobe : il devient ainsi le modèle de nombreuses personnes, qui font passer l’apparence avant la réalité. Mais qui sont ces personnes ? De simples « libertins », plus habiles ? Des « faux dévots » ? On comprend que la pièce, qui sous-entend que les « Tartuffe » sont nombreux, ait pu susciter une cabale.

=== Finalement, l’adultère est effacé (cf. v. 1000) l’essentiel est de ne pas prendre de risques, de profiter du « plaisir » (en relief à la fin de la tirade), et la peur de Dieu devient seulement la peur du « qu’en dira-t-on ? »

CONCLUSION

Chez Tartuffe, le « masque » est devenu une seconde nature, puisqu’il imprègne même le langage du personnage. Il est incapable de parler

...

Télécharger au format  txt (6.7 Kb)   pdf (76.3 Kb)   docx (8 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com