DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Gestion des ressources humaines

Étude de cas : Gestion des ressources humaines. Rechercher de 53 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  23 Août 2022  •  Étude de cas  •  1 270 Mots (6 Pages)  •  1 770 Vues

Page 1 sur 6

Les ressources humaines

  1. Quels liens existe-t-il entre croissance économique et chômage ?

        La croissance économique se définit comme l’augmentation des richesses produites (les biens et les services) dans un pays d’une année sur l’autre. Quant au chômage, il correspond à la partie de la population active, c’est-à-dire en âge de travailler, qui est privée d’un emploi alors qu’elle en recherche un. En france, on distingue 4 types de chômage, le conjoncturel (temporaire lié à une baisse ponctuelle de l’activité économique), le structurel (chômage durable qui est du à la conséquence des mutations de l’économie), le frictionnel (c’est le temps que va mettre une personne pour retrouver un nouvel emploi) et le technologique (généré par une plus grande utilisation du capital technique dans le processus productif).
Le lien donc entre la croissance économique et chômage est évident, mais pas si simple. Il semble évident que plus la croissance économique augmente et plus le chômage lui diminue. Mais si l’on tient compte des impératifs écologiques, l’enjeu pourrait devenir celui de la création d’emplois sans croissance.

2)  Quelles sont les conséquences positives des gains de productivité ?

        Un gain de productivité est une amélioration de l'efficacité des facteurs de production durant une période donnée. C'est une diminution des moyens mis en œuvre pour produire des biens ou services, calculé en point ou en %.

Les conséquences positives des gains de productivité sont, pour la plupart des économistes, synonyme de progrès, d’émancipation, de temps libre et de protection sociale. En effet, plus il y a gains de productivité et plus le volume de travail diminue. Ce qui peut en effet maintenir l’emploi total en diminuant la durée annuelle moyenne de travail des personnes en emploi. Ce qui va aussi permettre aux français de s’enrichir de façon durable car l’augmentation de la productivité signifie donc que la production augmente alors que les moyens mis en oeuvre n’augmente pas (ou en tout cas pas dans les mêmes proportions utilisées). Il y a alors un surplus de la richesse à répartir. Par exemple : si le même nombre de travailleurs, à durée de travail constante, parvient à produire plus grâce à une meilleure organisation du travail, ce surplus de richesses crées peut permettre d’augmenter leurs salaires, les profits de l’entreprise ou encore baisser les prix des produits.
Les gains de productivité permettent donc une meilleure perspective pour l’avenir de l’entreprise et de ses salariés. Mais nous allons voir dans la question suivante que les gains de productivité ne sont pas profitables à tout le monde.

3)  Quels sont les risques de la recherche effrénée de gains de productivité ?

        L’impact de la recherche effrénée de gains de productivité est d’exposer des risques environnementaux et sociaux. En effet, plus les gains de productivité augmentent et plus nous puisons dans les ressources naturelles de la planète, mais aussi dans l’énergie humaine, car nous en demandons toujours plus en un temps record.

Comme le dit le document, produire c’est bien mais il ne faut pas oublier que cela signifie que nous ayons besoin de plus de matériaux, d’eau et d’énergie, mais les ressources naturelles et humaines ne sont pas inépuisable. De ce fait, la trop forte croissance du passé à dilapidé des ressources importante, telles que le climat, le pétrole et la plupart des ressources minières. Nous ne sommes donc pas dans un système de développement durable, l’enjeu économique prend trop le dessus, sur les deux autres : environnemental et social.

4)  Expliquez les causes du rejet du productivisme salarial à partir de la fin des années 1960 en France ?

        Dans les années 60, la France est dans une ascension économique, en effet après la Seconde Guerre Mondiale, la France entre en période de « Trente Glorieuses » avec une expansion économique et une modernisation industrielle.
Cependant, en Mai 68, la France se retrouve confrontée à une vague de protestation étudiantes, ouvrières et salariales contre les conditions de travail.
Dans le monde du travail la durée légale est de 45 heures par semaine, certains ouvriers en font même 48, les salaires des travailleurs français sont les plus bas de la comité d’entreprise européenne, les semaines les plus longues, et les impôts les plus élevés !

Le monde du travail revendique des besoins d’estime, de réussite sociale, de se réaliser dans son travail, de formations …

Les ouvriers et salariés rejettent le travail dit « en miettes », c’est-à-dire le travail à la chaine.

Les jeunes plus diplômés que les anciens, mieux formés, réclament des postes intéressants.

Cette vague de protestations et de revendications va engendrer une forte période de grève qui explique les rejets du productivisme salarial à partir de la fin des années 60 en France.

5)  Comment les entreprises ont-elles modifié leur système managérial dans les années 1980 ?

...

Télécharger au format  txt (8.1 Kb)   pdf (94.9 Kb)   docx (217.3 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com